Filière PorcineExercice 2018-2019

Une crise sanitaire d’une ampleur inédite

Des mesures de biosécurité renforcées

L’épidémie de fièvre porcine africaine est venue bouleverser l’équilibre du marché mondial. En six mois, la Chine a perdu 30 % de sa production alors qu’elle représente 50 % de la production mondiale et de nombreux pays européens ont également été touchés. La France est indemne de fièvre porcine africaine (FPA) mais le risque est grand avec un foyer à la frontière belge. Ce contexte sanitaire a conduit début 2019 à la mise en place d’une réglementation sur la biosécurité des élevages et le transport des animaux. Le groupement en collaboration avec le service santé animale de Cavac a assuré la formation des adhérents sur les mesures de biosécurité obligatoires et a renforcé ses conditions sanitaires de transport. C’est un enjeu majeur de garder un statut FPA indemne en France et tout particulièrement au sein du groupement.

Un prix qui remonte seulement en fin d’exercice

Il aura fallu attendre le mois de mars 2019 pour voir le prix s’orienter durablement à la hausse et atteindre le niveau de prix actuel. Avec un prix moyen de 1,27 €/kg au Cadran sur l’exercice, la situation financière des élevages a été mise à mal et l’embellie des cours depuis six mois a permis avant tout de reconstituer les trésoreries. Malgré les aides publiques à la modernisation des élevages, les investissements ont été limités ces dernières années et il faudra une période suffisamment longue de bons cours pour relancer la dynamique d’investissement et donner envie à des jeunes de s’installer. Face à ces constats et au besoin de moderniser les élevages pour gagner en compétitivité, le comité Porcineo a travaillé au cours de l’exercice sur un nouveau plan d’accompagnement à l’installation et à la modernisation des élevages.

Un développement des filières qualité

Le développement des signes de qualité qui fait partie du plan filière défini par Inaporc constitue également une des priorités de Porcineo. Différents modes d’élevage ont été développés par le groupement pour répondre à des filières qualité et cette dynamique s’est confirmée sur l’exercice avec 85 % de la production sous signes officiels de qualité (Label Rouge, Bio, IGP). La démarche « Le porc français » représente la première marque de qualité de la production française et Porcineo s’investit pleinement dans l’évolution de ce cahier des charges pour mettre en avant, en plus de l’origine, des aspects qualitatifs de la production française.

Des attentes sociétales croissantes

La consommation de viande baisse inexorablement d’année en année avec une pression de plus en plus forte des mouvements anti-viande. La demande sociétale est complexe, faite de paradoxes mais le marché français reste le premier débouché de la production française et l’enjeu est de conforter cette place. Soumises à une réglementation de plus en plus stricte, les pratiques d’élevages évoluent avec des résultats tangibles. Malgré ces progrès importants, l’antibiorésistance et le bien-être animal restent une préoccupation forte de la société avec une exigence croissante. Le groupement accompagne les adhérents dans ce travail de fond en ayant comme objectif de valoriser cette montée en gamme.


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.