Nutrition AnimaleExercice 2017-2018

Un regard vers l’avenir pour créer les filières d’aujourd’hui

Les volumes d’aliments commercialisés par le groupe Cavac se stabilisent grâce au développement de filières nouvelles et à l’avance sur les demandes sociétales. Les modèles de production évoluent dans un contexte de pression sanitaire et d’exigences en faveur du bien-être animal.

Sur l’exercice 2017/2018, il y a eu une érosion globale des productions animales. Cependant les tonnages d’aliments se sont stabilisés. On constate des variations par filière : une baisse des volumes pour les aliments destinés aux vaches laitières et vaches allaitantes mais une hausse dans les productions hors-sol : volailles et porcs. À noter, un développement significatif des filières Bio en volailles, ruminants et porcs.
En termes de prix, la tendance était à l’accalmie avec des cours stables. Ce qui ne sera pas le cas de l’exercice 2018-2019, les prix vont augmenter sensiblement suite à un contexte mondial compliqué et une hausse du prix des matières premières.

Une pression sanitaire élevée

La vigilance est de mise en matière de santé animale. Certains scandales ont déclenché le renforcement des mesures d’hygiène contre les salmonelles pour toutes les espèces. En porc, l’arrivée de la fièvre porcine africaine qui est à nos portes, pourrait avoir d’importantes conséquences économiques sur la filière. La volaille reste sous le spectre de l’Influenza aviaire, les réglementations obligatoires qui en découlent, doivent être mises en place. Sur Antigny Nutrition, les mesures de prévention ont été renforcées. Depuis début novembre 2017, les camions sont nettoyés et désinfectés à chaque tournée (entrée et sortie de l’usine). Ces équipements vont aussi être installés à l’usine Nutri-Vendée en mars 2019.

Des modèles d’élevages en faveur du bien-être

Les enjeux sont nombreux pour les filières animales. Les exploitations ont tendance à se spécialiser et à augmenter leur capacité de production, il faut savoir les accompagner dans ces mutations tout en veillant à la durabilité, l’autonomie, la modernité des élevages, et avancer sur le bien-être animal. Des actions sont conduites dans toutes les filières pour faire évoluer les modèles d’élevage avec une meilleure prise en compte du bien-être animal (détassage, plus de confort pour les animaux…). En filière cunicole, un nouveau concept d’élevage au sol a été lancé. En filière avicole, le plein air prend de l’ampleur et de nouveaux bâtiments éclairés de lumière naturelle se développent. La coopérative est plutôt en avance sur ces sujets ce qui donnent des perspectives intéressantes de développement et du potentiel pour conserver une dynamique dans les filières animales. Ces solutions permettent une vraie différenciation par rapport au marché, de capter de la valeur ajoutée pour créer une dynamique durable pour des jeunes souhaitant s’installer.

Anticiper les évolutions du marché

Le marché continue à se segmenter. Les nouveaux modèles de production vont prendre de l’ampleur d’ici 5 ans, pour répondre à la demande sociétale. Les filières Bio et label se développent fortement. Il faut donc dès aujourd’hui préparer le terrain de ces nouvelles filières qui sont amenées se développer. Cavac accompagne et recherche des éleveurs pour répondre aux besoins du marché.
La nutrition animale reste une des composantes majeures pour accompagner toutes les mutations. L’activité doit être à l’affut des innovations (nouvelles productions, nouveau segment de marché) pour proposer une alimentation adaptée. Ces évolutions de systèmes de production sont amenées à changer totalement les modèles de nutrition. Des niches apparaissent également et il faut pouvoir accompagner chaque éleveur. La création de nouvelles filières contribuent aussi au maintien des volumes de production.

Fougeré : un site de fabrication ultra-moderne

Les travaux entamés lors de l’exercice dernier à Fougeré (85) sont sur le point d’aboutir, à savoir un outil d’extrusion de graines oléa-gineuses et protéagineuses et une unité de micro-dosage d’ingrédients. Ce dernier investissement permettra la production d’une gamme de minéraux destinés aux ruminants et aux porcs. La montée en production sera progressive, une phase test est prévue à l’automne 2018 pour un déploiement effectif sur l’année 2019. Grâce à l’outil d’extrusion de graines oléagineuses (lin, lupin, féverole), l’objectif est de réduire notre dépendance vis-à-vis des importations extérieures, notamment du soja et aussi de répondre aux besoins des élevages avec une offre d’aliments enrichis en matières grasses de qualité. Ces procédés permettront aussi de répondre à des filières particulières telles que « Bleu Blanc Cœur » et aussi d’améliorer les performances techniques des animaux (reproduction, composition du lait, de la viande…). L’idée est de proposer un procédé plus durable en s’affranchissant du soja ou de l’huile de palme, tout en répondant aux demandes sociétales et au bien-être animal.


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.