Santé AnimaleExercice 2019-2020


Les faits marquants pour chaque production



Lapins

La maladie virale hémorragique (VHD) reste une menace permanente. Les cas sur l’exercice ont été très limités grâce à un programme vaccinal renforcé et une surveillance accrue de la délivrance des vaccins pour éviter au maximum les erreurs de commande. Quelques cas de myxomatose conduisent à une vigilance accrue. Les élevages n’ont pas été trop impactés par la canicule. Une formation prévue au printemps sur le sujet a dû être annulée par le confinement mais les consignes ont toutefois été transmises et respectées, avec succès. La démédication se poursuit progressivement avec un suivi régulier des commandes d’aliments médicamenteux.

Volailles

Le contexte sanitaire chez les volailles est plutôt maitrisé. Les pathologies virales, bactériennes et parasitaires sont peu présentes. Des études internes sont toujours en cours pour optimiser la lutte contre ces maladies par l’optimisation des protocoles vaccinaux et l’amélioration du diagnostic – car les maladies sont préjudiciables pour les éleveurs. Cavac a aussi participé à plusieurs études sur la parvovirose du canard de Barbarie ou le parasitisme.

Les cas de salmonelles réglementées sont rares depuis trois ans, dans le secteur mais ont de fortes conséquences pour les élevages car ils entrainent l’élimination des cheptels. Les quelques cas concernent des élevages de poules pondeuses.

La pression d’audits sur les élevages est importante, autant par les services vétérinaires que par des auditeurs internes ou externes, notamment pour répondre aux exigences de l’aval. Mais elle permet aux éleveurs d’attester de la qualité du travail qu’ils réalisent au quotidien, tant sur le bien-être animal, préoccupation sociétale majeure, que sur la biosécurité des bâtiments. Le mot d’ordre est clair : les éleveurs ne doivent pas relâcher leurs efforts !

Porcs

La réglementation relative à la biosécurité est toujours plus forte. Les éleveurs ont ainsi suivi des formations cette année afin de répondre aux nouvelles exigences. C’est maintenant au tour du transport d’animaux d’être soumis à de nouvelles règles. Les chauffeurs ont reçu un premier communiqué qui sera suivi sur le prochain exercice d’une formation plus poussée, les formateurs étant déjà prêts.

Les éleveurs de porcs ont bien avancé sur la démédication. Celle-ci est désormais effective grâce à l’arrêt de la médication préventive. L’aliment médicamenteux peut cependant rester prescrit au titre de la méthaphylatique (c’est-à-dire que le médicament est administré à un groupe d’animaux après le diagnostic d’une maladie clinique).

Des projets sont à l’étude et notamment la création d’une piste de lavage et d’un centre de rassemblement agréé au Margat.

Bovins

Pour cet exercice, l’accent a été mis sur la filière broutards préparés, afin qu’elle soit plus sécurisée par la protection d’animaux dès le plus jeune âge. Les naisseurs ont donc été encouragés à vacciner les broutards chez eux, pour que les engraisseurs puissent les acheter et les mettre en place avec une vaccination contre les pathologies respiratoires efficace. Les animaux ont moins de risques d’avoir des maladies respiratoires et ont donc une meilleure croissance. On diminue également la mortalité des broutards et l’utilisation d’antibiotiques. C’est une filière où chaque acteur est gagnant.

Ovins

Avec la mise en place de la nouvelle filière brebis laitières, les protocoles de prophylaxie en élevage laitier ont été revus. Une nouvelle gamme de produits de trempage a aussi été lancée et mise en place à la pharmacie.



 


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.