Filière CunicoleExercice 2017-2018

La filière en difficulté, des idées chez CPLB

La CPLB, premier groupement de producteurs de lapins de France, annonce un niveau de production en légère baisse (4.3 %) mais fait mieux que la moyenne nationale (-9.3 %).

La filière cunicole française est en crise depuis plusieurs années. Les facteurs sont multiples, en premier lieu la baisse de consommation de la viande de lapin, qui chute d’environ 10 % chaque année. Les modes de consommation évoluent, le temps passé en cuisine se réduit. Ce qui explique le désintérêt du consommateur, en particulier pour les achats de lapin entier. Autre difficulté de taille, une pression sanitaire importante depuis quelques années avec la VHD, un virus très contagieux qui a décimé des élevages entiers l’an passé. Face à ces difficultés, la CPLB renouvelle son soutien aux éleveurs en maintenant son aide financière sur l’aliment blanc et en renforçant les participations financières aux caisses sanitaires et de développement. L’un des enjeux pour l’exercice à venir sera d’être en mesure de répercuter les charges de production sur le prix de reprise du vif, il en dépend de la survie des élevages.

Une génétique performante

Dans une recherche de performance, le groupement a accentué son travail sur la sélection génétique. Le centre de multiplication a mis en place dans son bâtiment des AGP (arrières grands parentaux) afin de produire des GP (grands parentaux) et ainsi répondre à la demande des éleveurs souhaitant passer par un noyau de renouvellement de grands parentaux.
D’autre part, notre partenaire en sélection génétique Hypharm a travaillé sa souche mâle et met en place le mâle « GD25 ». L’objectif est de produire une femelle avec plus de rusticité pour une meilleur résistance afin continuer le travail de démédication.

Démarches qualité et bien-être animal

Conscient des enjeux liés à la consommation de viande en France, la CPLB a démarré des essais dans deux élevages sur une méthode d’élevage alternative axée sur le bien-être animal. Les lapins y sont élevés au sol, disposent de plus de surface et bénéficie de « zones de refuge » rappelant les terriers et permettant aux lapins d’exprimer leurs comportements naturels. Un nouveau plan Avenir Élevage est en cours de mise en place.
Cette nouvelle méthode représente un axe de développement important pour le groupement, qui souhaite recruter de nouveaux éleveurs et aider des éleveurs en place à basculer vers ce type de production. Un autre axe de développement est envisagé pour tenter d’améliorer la valorisation des lapins : la mise en place d’un cahier des charges Bio. La CPLB est aujourd’hui impliquée dans tous les maillons de la filière et compte bien mettre tous les moyens possibles pour répondre aux enjeux sociétaux de demain.


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.