Pôle AnimalExercice 2017-2018

Les faits marquants pour chaque production

Volailles

Une forte pression virale a été constatée sur les élevages de volailles cet hiver 2017/2018. Le virus influenza hautement pathogène a entrainé l’abattage de trois cheptels en DeuxSèvres et le virus faiblement pathogène a été détecté sur plusieurs cheptels de canards mulards, qui ont également été éliminés. Une épidémie de laryngotrachéite a touché une quinzaine d’élevages dont un adhérent. Dans l’été, aussi bien en canard, dinde, poule pondeuse ou poulet, on a constaté de nombreux isolements de salmonelles, avec un impact sur la transformation de la viande et parfois des conséquences plus graves dans le cas de salmonelles règlementées. Malgré la sécheresse, quelle que soit la saison, la vigilance doit rester maximale, pour les équipes techniques, vétérinaires et les éleveurs. La biosécurité reste à renforcer sur certains sites, cependant, les différents audits internes et externes auxquels les élevages sont soumis révèlent une forte implication des éleveurs.

Porcs

De nombreuses actions en faveur de la santé animale ont mobilisé à la fois les équipes et les éleveurs. Parmi les plus marquantes, on retiendra la certification sanitaire des animaux à l’exportation, la tenue du Bilan Sanitaire d’Elevage (BSE) et pharmacie, la participation dans les protocoles biosécurité avec le service qualité, les formations au bienêtre animal, le suivi de l’évolution Mycoplasme… La peste porcine africaine est le fait marquant de cette fin d’exercice et les inquiétudes sont très fortes pour l’ensemble de la profession.

Lapins

La pression VHD (Maladie Hémorragique du Lapin) reste très forte. Les cas sont récemment moins nombreux. Les mesures mises en place, à savoir un programme vaccinal et une biosécurité renforcés, ont sans nul doute contribués à ce déclin qui reste à confirmer. La démédication se poursuit et les objectifs de réduction des IFTA (Indicateurs de Fréquence des Traitements Antibiotiques) ont même été dépassés.

Ovins

Le suivi technique et sanitaire porte ses fruits : beaucoup moins d’avortements en élevage, moins de mortalité d’agneaux nés vivants. Mais il y a encore des progrès à faire dans certains domaines et notamment gérer de mieux en mieux les pathologies respiratoires sur l’agneau sous la mère et en engraissement.

Bovins

Les préventions sanitaires (quarantaine/ nettoyagedésinfection/vaccination) proposées par le Service Santé Animale lors des protocoles « PSE », et mises en place dans les élevages sont dans l’ensemble assez maitrisées concernant les bronchopneumonies et les diarrhées néonatales, avec des résultats encourageants. Seule la prévention et maitrise de la BVD encore très présente dans le département reste insuffisante. Sa recherche systématique à l’introduction de nouveaux animaux ainsi que la vérification de sa non circulation sur des jeunes de son cheptel à la prophylaxie devraient devenir des réflexes. La meilleure assurance étant la vaccination de toutes les femelles reproductrices, pour protéger son élevage, et celui de ses voisins.


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.