Filière AvicoleExercice 2017-2018

Une année de consolidation pour Volineo

Ce deuxième exercice est celui de la consolidation pour Volinéo, la branche volailles du groupe Cavac. Malgré de profondes restructurations de la filière avicole nationale, Volinéo poursuit sa dynamique et se fraye un chemin parmi les grands.

De profonds remaniements se sont produits au sein de la filière volaille : côté aval, le volailler Doux a été placé en liquidation judiciaire début avril 2018. Le leader LDC reprend le groupe hongrois Tranzit, les sociétés vendéennes Favreau, Péridy et Couthouis, toutes spécialisées dans l’abattage et la découpe du canard de chair et devient ainsi un nouveau poids lourd du canard à rôtir, avec un quart du marché européen. Même constat chez les interprofessions. Jusqu’à présent, la filière avicole nationale évoluait en ordre dispersé, avec autant d’interprofessions que de productions. Elles existent toujours mais se coordonnent désormais au sein d’une organisation unique : Anvol.

Dans ce paysage, Volinéo poursuit sa dynamique et se place comme un acteur incontournable de la filière, désormais reconnu par ses pairs comme un spécialiste de la volaille. La structure représente 22 millions de volailles de chair en 2017/2018. Les volumes de production en dindes, pintades et cailles ont progressé significativement. Volinéo a renforcé sa position en canards de chair grâce au rapprochement avec Prodavi, les deux entités représentant 15 % de la production nationale avec 6 millions de canards à rôtir. Le groupement a aussi pris une participation au capital de l’outil d’abattage Thomas (pintades et poulets) à Saint-Martin-des-Noyers aux côtés d’acteurs vendéens.

De nouveaux défis

Volinéo peut se féliciter du bon niveau de marges de ses producteurs sur l’année 2018 et d’une dynamique de rotation des bandes satisfaisante. Cependant, les outils de production doivent eux aussi, s’adapter et se moderniser en réponse aux nouvelles demandes sociétales. L’accompagnement des adhérents face à ces nouvelles exigences est une priorité. Volinéo a donc engagé des moyens financiers importants pour la rénovation et la modernisation des élevages. Afin de promouvoir ces nouveautés, les innovations (lumière naturelle, incorporation de céréales) ont été mises en exergue lors de portes ouvertes. Volinéo accompagne également les éleveurs vers de nouveaux schémas de production innovants en mettant en place des systèmes naisseurs engraisseurs. En matière de bien-être animal, les actions se poursuivent : mise en place de perchoirs en pintades, essais avec des « poules non épointées » en pondeuses, etc. Face à des situations plus délicates, Volinéo a aussi su être présent en étant à l’écoute des producteurs de Doux et en recherchant des solutions alternatives à la production de poulets export.

Quand sanitaire rime avec biosécurité

La filière est toujours sous étroite surveillance sanitaire. Depuis 2016, la persistance de l’Influenza aviaire dans l’avifaune sauvage, les deux épizooties françaises et les récents cas ligériens maintiennent une pression importante sur les élevages. Les mesures de biosécurité sont toujours d’actualité pour toute la filière. Les éleveurs observent donc une vigilance quotidienne sur l’application des mesures de biosécurité et sont accompagnés par les techniciens sur l’évolution de leurs pratiques.
Face aux nouveaux défis de demain : sanitaire, bien-être animal, évolution des pratiques…, Volinéo n’a pas peur d’évoluer pour consolider sa place au sein d’une filière qui surfe sur une conjoncture favorable. Plébiscitée par les consommateurs, la volaille est la première viande consommée au monde avec 118 millions de tonnes par an.


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.