ApprovisionnementExercice 2016-2017

Un chiffre d’affaires en retrait

L’activité approvisionnements connaît une baisse de son chiffre d’affaires de 11 % qui s’explique notamment par la déflation des prix en engrais et semences de céréales à paille, et la baisse des volumes commercialisés en santé végétale.

La chute des prix en engrais azoté, en semences de céréales à paille et de manière plus mesurée en santé végétale ont eu un impact fort sur l’activité de vente d’approvisionnements agricoles de la coopérative dont le chiffre d’affaires est en retrait.

Semences : une hausse de 8 000 HA

Les surfaces de semences certifiées vendues lors de cet exercice atteignent 179 447 hectares, soit 8 000 hectares de plus que l’année précédente. Après plusieurs années de croissance, la sole de céréales à paille se stabilise dans un contexte de prix en baisse. A contrario, les marchés de la semence certifiée Bio et des oléagineux (tournesol, colza) affichent un très bon dynamisme grâce au développement des surfaces sur notre territoire. Ce qui n’est pas le cas du maïs qui pâtit notamment des difficultés du secteur de l’élevage laitier.

Image d’illustration : Toutes les variétés de semences commercialisées par la coopérative sont testées au préalable pendant plusieurs années sur le terrain

Fertilisants : bilans contrastés

Lors de cet exercice, les cours des engrais azotés ont retrouvé un des plus bas niveaux depuis une dizaine d’années. La consommation des sociétaires a été mesurée, du fait de l’importance des reliquats azotés de sortie d’hiver, mais les ventes ont été soutenues par l’attractivité des prix. On note sur cet exercice une reprise de la consommation de phosphore et de potasse qui font trop souvent l’objet d’impasse alors qu’ils constituent un facteur limitant du rendement dans bon nombre de parcelles. Concernant les amendements minéraux, les sociétaires continuent d’économiser sur ce poste de dépenses en optant pour des produits moins élaborés pas toujours adaptés. Les impasses qui peuvent être dommageables pour les sols sont symptomatiques des tensions sur les trésoreries des élevages laitiers du bocage notamment.

La coopérative voit ses ventes d’amendements organiques bondir de 26 % par rapport à l’exercice précédent déjà marqué par une hausse. La demande est forte suite à la conversion de nombreuses exploitations en agriculture biologique et au développement de notre gamme Fertil’Eveil dans le secteur du maraîchage.

Santé végétale : en baisse

Le chiffre d’affaires en santé végétale baisse de 7 % sous l’influence de deux facteurs : une moindre consommation des fongicides et une augmentation du recours aux produits génériques moins chers. Les sociétaires ont également bénéficié pleinement cette année du service de retour des produits phytopharmaceutiques non consommés.
Quant aux solutions de bio-contrôle, leur nombre s’accroît timidement. Toutefois, certains produits se développent bien comme par exemple l’anti-limace Sluxx qui représente les trois quarts de nos ventes ou le chiffre d’affaires sur l’activité de fournitures de films bien le fongicide Vacciplant, qui se déploie sur 25 % de la sole de blé tendre en 2016/2017.

Films et ficelles : stable
Le chiffre d’affaires sur l’activité de fourniture de films agricoles et ficelles reste stable. Notons que les sociétaires qui s’approvisionnement auprès de la coopérative peuvent bénéficier d’une filière de récupération gratuite des films et ficelles usagés.

Image d’illustration : Les agriculteurs qui s’approvisionnement auprès de Cavac bénéficient d’une filière de récupération gratuite de leurs films et ficelles.


Oups, votre navigateur semble être trop ancien pour profiter pleinement de notre site internet !

Important : désactivez le "mode de compatibilité" en cliquant sur l'icône située dans la barre d'adresse.

Si le problème persiste, mettez votre navigateur à jour ou bien utilisez Google Chrome.